Les armoiries communales

de

Ste Anastasie (Gard)

1694

armoiries-communales

“D’argent à pal losangé d’or et de sable”

Bien que les règles héraldiques  interdisent, en principe, le mélange des métaux ( en l’occurrence argent et or), ce sont bien les couleurs utilisées pour ces armoiries.

Mais comme en grammaire française, il y a toujours des exceptions à la règle. Des armoiries bien connues de grandes figures de l’Histoire ont utilisées le mélange “métal sur métal”.

En effet, 1 à 2% des armoiries sont dans ce cas. Ste Anastasie n’échappe pas à la règle des exceptions.

On appelle ces exceptions : armoiries à “enquerre”.

 C’est en étudiant de près dans le volume 14 de Hozier au n°7246 les armoiries de la communauté de Ste Anastasie que nous trouvons la description de ces armoiries ou blason dans le langage commun.

ste-ana-hozier

On y voit très bien les trois “couleurs” utilisées  :

Blanc pour l’argent, et pour le pal losangé, les losanges semés de pointillés pour représenter l’or et les losanges noirs pour le sable.

Ces “normes”  ont été utilisées à partir du XVIIéme siècle, plus précisément en 1638 (soit 56 ans avant la création des armes communales de Ste Anastasie).

On peut penser que la règle du “métal sur métal” a été transgressée car d’autres communes ont adopté à l’époque (1694) les mêmes couleurs (Tharaux et Moulezan) avec le même pal (“d’argent à pal losangé d’argent et de sable”)

Ces armoiries ont été créées à la fin du XVIIème siècle. Louis XIV avait besoin de liquidités pour mener ses projets à bien.

Il donna donc l’autorisation aussi bien aux communautés et aux personnes de posséder leurs propres armoiries moyennant finance évidemment. Ce fut un succès. Les caisses se renflouèrent relativement rapidement. Le nombre d’armoiries explosa. Il fallut bien répertorier toutes ces armes. Ce fut fait par un certain nombre d”archivistes” de l’époque dont Hozier. Sa collecte devint une des plus fournie du royaume. Ce sont en général ses documents qui font référence. Il existe d’autres éditeurs qui ont en leur temps collationné tout ces précieux renseignements mais Hozier reste le plus fiable.