Répertoire non exhaustif des différents textes, poèmes, articles  

concernant Ste Anastasie 

(Abstraction faite des comptes rendus, articles et notes des archéologues et chercheurs qui feront l’objet d’un article dédié)

———-

Sidoine Apollinaire (Vème) : Si et seulement si on retrouve les traces des villas Voroangus et Prussianum sur le territoire de la commune, ce serait le premier texte décrivant le paysage de l’époque (465)

———-

Raymond Jordan (prieur au prieuré St Nicolas de Campagnac) : Idiota sapiens (1381) imprimé en 1521 puis en 1654.

———-

Hermann Von Vach (1475) : “Le guide du routard” de l’époque. Description très précise du chemin qu’il parcourt. Notamment entre Uzès et le pont St Nicolas.

———-

Platter (XVIet XVIIème) : étudiant à Montpellier, il vient fréquemment à Uzès. Description de son trajet entre Dions et Aubarne où il fait étape pour s’abreuver.

———-

Henri 1er de Montmorency : 6 mai 1583. Parchemin rédigé lors de la prise du fort de Ste Anastasie

———-

Racine : 24 novembre 1661. Lettre envoyée à Mr l’abbé le Vasseur à Paris. Il y relate ses passages à Pont St Nicolas

———-

Aubry (1818) : poème dédié à Mr Carrière, maire de Russan

 

———-

Frossard (1834/1835) : description d’excursions dans l’arrière pays nîmois dont Pont St Nicolas et le Gardon

———-

Charles St Maurice (1842) :  translation du tableau de Xavier Sigalon de Nîmes à Russan

———-

Malignon  :  né  à Russan. Livre sur le parler particulier de Russan

———-

Germer-Durand  (1864) : Livre consacré au prieuré St Nicolas de Campagnac

———-

Boucoiran (1882) : Description de la région principalement les gorges du Gardon

———-

Lamothe (Fin XIXème) : Version ultra romancée des “Camisards”. Un chapitre est consacré au “château de ste Anastasy”. L’histoire qui s’y déroule n’a aucun lien historique avec la guerre des camisards. Le fort ayant été rasé 70 ans auparavant et les personnages ont un décalage de plusieurs générations.

———-

Carayon (1898) : une journée à Russan : description d’une excursion pour visiter le placer aurifère à Russan

———-

Onésime Reclus (1899)  :  “Le plus beau royaume sous le ciel”. Le gardon et pont St Nicolas

———-

Lautier (Fin XIXè-début XXème) : Gendarme mélancolique en Corse  qui retrace son enfance à Russan

———-

Gide  (1918): “Si le grain ne meurt”

———-

Bernardy (XXème)  : les tremblaïres de Russan  in Guide des Cévennes mystérieuses

———-

Père Mouton  (XXème): poème sur Ste Anastasie et le Gardon : “Elle et lui”

———-

Trintignant (2012) : évocation de son séjour à Aubarne dans “Du côté d’Uzès”