Tableau de Xavier Sigalon : Ste Anastasie faisant l’aumone à St Chrysostome (1817)

Classé aux objets des monuments historiques en 1911.

Gravement endommagé lors des inondations de 2002, il est en attente de restauration (2014).

Chantier dans le Gardon en 1896. Lors des carottages effectués pour la construction du pont de Russan, il a été découvert de l’or en grande quantité (1893). Une concession est créée. Il est prévu entre 39 et 78 ans d’exploitation suivant les moyens d’extraction utilisés. Mais divers événements (Crues, malversations manque d’eau l’été, trop d’eau aux autres périodes de l’année et moins d’or que prévu ) vont amener le président de la République Emile Loubet à interdire l’exploitation de la mine en 1901.

1908 : une grande partie du pont est sortie de terre.

Les travaux ont commencé en 1907. A peine les deux premières arches terminées, une des crues des plus fortes du Gardon va mettre à mal le projet. Mais la détermination de l’ingénieur va permettre aux habitants de pouvoir traverser la rivière sans danger sur un pont particulièrement solide. Ce ne fut pas le cas du pont de Brignon qui venait à peine d’être terminé lorsqu’il fut en partie endommagé par cette crue.

 

Le pont sera terminé en 1910 mais pas les accès et infrastructures qui permettent de le traverser. Ce sera chose faite en 1913.

Une fête marquant le centenaire de ce pont a été organisée en mai 2013 avec en final un magnifique feu d’artifice.

 

Place de Russan avec son griffe : construction décidée en 1891 la place sera achevée en 1894.

Chapelle d’ Aubarne 1899

Après maintes plaintes et lamentations des aubargnoles, l’évêque de Béthisy (fin du 18ème siècle) va autoriser la construction d’une chapelle. Mais les russanais ne l’entendent pas de cette oreille et ne veulent pas participer financièrement à la construction. En 1797, les habitants d’Aubarne vont investir une maison du village pour célébrer le culte. Ce n’est qu’à la fin du 19ème que l’abbé Guigouret pourra célébrer sa première messe dans cette chapelle édifiée grâce à lui.

Les habitants pourront enfin installer la cloche fondue en 1660 qui a attendu bien dissimulée dans un  puits depuis 1792.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *